Natalie Groulx

SNAP Canada

Perdu dans la traduction – Histoires de pêche et conversations côtières à travers le Canada

Mercredi 5 juin 2024

Cet hiver, le personnel de la SNAP Canada a bravé les tempêtes de neige et fait un long trajet de deux jours en train sans connexion Wi-Fi ni réception cellulaire pour discuter avec les collectivités de leurs espoirs et de leurs préoccupations concernant la côte et l’océan qu’elles considèrent comme leur foyer.

À deux reprises dans ma vie, j’ai su sans aucun doute que je ne suis pas au sommet de la chaîne alimentaire. (Maman, tu devrais probablement arrêter de lire ça maintenant).

Le premier incident s’est produit lorsque je suis presque tombée d’un bateau en Afrique du Sud alors que j’étudiais les grands requins blancs*. Le deuxième, il y a quelques semaines, alors que je contemplais les rivages gelés de la baie d’Hudson à Churchill, au Manitoba, en sachant qu’il y avait une chance – bien que faible – que des ours polaires pourraient se cacher dans ce vaste paysage marin glacé.

Quelques heures plus tôt, mes collègues de la SNAP m’avaient fait part de quelques faits étonnants. Par exemple, « leur estomac peut contenir jusqu’à 350 livres de nourriture » et « l’ours polaire peut courir à plus de 30 kilomètres à l’heure. »

Si un ours décidait de me courir après, je n’avais aucune chance.

Mais nous n’étions pas à Churchill pour voir des ours ou des bélugas. Nous étions là pour savoir ce que les gens pensent de la protection de l’océan. (Tu peux recommencer à lire maintenant, maman).

Churchill était le dernier arrêt dans une tournée de deux mois auprès des collectivités côtières du pays. Nous avons ainsi visité la Colombie-Britannique, le Québec, la baie de Fundy, à Terre-Neuve, et enfin Churchill, au Manitoba. Ce que nous avons appris était fascinant.

Les gens partagent les mêmes préoccupations au sujet des nombreuses menaces qui pèsent sur nos océans.

La pollution causée par les navires, les effets de la surpêche et la destruction causée par le chalutage sont les principales préoccupations des gens partout au pays. Le réchauffement des océans est également perçu comme un problème imminent.

Les gens vivent ces menaces en termes réels – vous ne pouvez pas acheter du poisson pêché localement dans la plupart des communautés, et peu de bateaux de pêche appartiennent à la communauté. À mesure que ce lien direct entre les gens et l’océan disparaît, nous perdons également le savoir et la culture des collectivités côtières.

C’est bien, les requins et les baleines, mais les marais salants et les petits poissons, c’est encore mieux.

Bien sûr, tout le monde aime les baleines, mais ce n’était pas ça qui excitait le plus les gens dans nos échanges.

Les Néo-Brunswickois ont parlé avec passion de l’importance des marais salants, non seulement pour la vie marine et la faune, mais aussi pour l’histoire et la culture de la province.

À St. John’s, à Terre-Neuve, le capelan – un petit poisson de la famille des éperlans – fait bien plus que soutenir le réseau trophique. En effet, il donne également aux familles de précieux souvenirs de récoltes avec les enfants et les petits-enfants.

Et à Campbell River, en Colombie-Britannique, les participants ont parlé avec affection des bancs de varech qui bordaient le front de mer – leurs lieux de pêche préférés pendant leur enfance –, depuis longtemps disparus.

Nous faisons tous partie du réseau de la vie.

Les habitants des zones côtières voient l’équilibre complexe des écosystèmes marins détruits par la surpêche, les prises accessoires et les dommages causés aux habitats côtiers importants pour la reproduction.

Mais ils savent aussi que la nature est forte et que si on lui en donne la chance, elle se rétablira. (Cue Elton chante Circle of Life.) Ce qui m’amène à…

Le statu quo détruit l’océan. Les aires marines protégées sont une nouvelle solution qu’il faut essayer.

À Terre-Neuve et au Québec, les gens m’ont parlé de leurs expériences directes de l’effondrement des stocks de morue et des conséquences dévastatrices pour les collectivités. Il est alarmant de constater que le même phénomène se produit actuellement avec le saumon et le flétan en Colombie-Britannique, la crevette au Québec et le capelan à Terre-Neuve.

Malgré les revendications de pêche durable et de meilleure gestion, les communautés côtières savent que les choses ne vont pas bien et que nous ne pouvons pas continuer comme si de rien n’était. Les habitants des zones côtières sont favorables à l’essai de nouvelles solutions comme les aires marines protégées, pourvu qu’elles soient bien gérées. Ils souhaitent également l’interdiction d’activités comme le chalutage de fond et le déversement par les navires, afin d’aider la nature à se rétablir pleinement.

Les gens sont formidables, et nous devons nous parler davantage!

C’est, de loin, le projet le plus prometteur et le plus inspirant sur lequel je n’ai jamais travaillé.

Avec tout le poison diviseur qui circule en ligne, il peut être effrayant de parler de conservation aux gens. Chaque fois que nous sommes allés dans une nouvelle communauté, je m’inquiétais de ce qui pourrait arriver.

Et pourtant, à chaque fois, nous avons entendu des groupes d’inconnus tenir des conversations engageantes sur l’océan. Ils parlaient de ce qu’ils aiment, de ce qui les inquiète et les fascine, ainsi que de leurs espoirs et leurs craintes pour l’avenir. Les gens aimaient tellement ces conversations que nous avions du mal à les faire partir à la fin!

Les nombreux problèmes auxquels les collectivités côtières sont confrontées sont difficiles à entendre, mais cette expérience m’a inspirée et m’a laissée déterminée à continuer de me battre pour protéger notre côte et nos océans, pour les poissons et la faune, et pour les personnes qui en dépendent.

Je n’ai jamais vu d’ours polaire, mais j’espère revenir à Churchill.

* Si j’étais tombée du bateau en Afrique du Sud, j’aurais probablement fait fuir les requins. Les requins sont des créatures extrêmement prudentes. En fait, notre équipage conseillerait aux gens qui s’apprêtent à aller dans une cage à requins de ne pas les regarder dans les yeux, afin d’éviter de les effrayer. C’est vrai, maman !

Alex Barron
Directrice nationale, Programme des océans

LinkedIn

Bannière en de haut de page: Natalie Groulx, Coordonnatrice principale de conservation, et Alex Barron, Directrice nationale du Programme des océans de CPAWS, sur le rivage de la baie d’Hudson gelée, près de Churchill, au Manitoba.