Une première réaction au Plan de conservation national

  • Date de publication: 05 16 2014 |
  • par mrenard |
  • Cet article est classifié sous: Parcs |
  • Lire la suite

Article de blogue écrit par Éric Hébert-Daly, directeur national de la SNAP

--

Hier, le gouvernement fédéral a enfin annoncé son Plan de conservation national.

J’aime bien les annonces sur la conservation de la nature, c’est évident. Mais je ne suis pas certain comment ce plan nous mènera à atteindre notre objectif international de protéger au moins 17% de nos terres et 10% de nos océans d'ici 2020. Pour l’instant, le Canada n’est qu’à 10% de protection terrestre et 1% de protection marine.

Les trois principes du plan sont très bien, et nécessaires : Conserver, Restaurer et Rapprocher.

Conservation

La protection de terres publiques et privées doit être un élément central d’un plan de conservation. L’investissement annoncé de 100 millions de dollars pour l’achat de terres privées doit être encouragé. Mais il ne faut pas oublier que 90% des terres au Canada sont publiques alors que 10%  sont détenues par des individus et le secteur privé. Il n’y a pas d’investissement dans ce plan pour protéger les terres publiques.

C’est étonnant de voir que le plan ne contient aucune mesure pour les parcs nationaux au niveau fédéral. Il nous reste encore plusieurs parcs à créer avant d’avoir complété notre système de parcs au Canada – et la capacité financière de Parcs Canada a été massivement amputée lors du budget fédéral de 2012. Même le Commissaire à l’environnement a soulevé des inquiétudes sur la capacité de Parcs Canada d’accomplir son mandat. Un plan de conservation national sans référence au système des parcs nationaux : il s'agit là d'une énorme lacune.

Il est, malgré tout, très encourageant de voir un investissement envers la conservation marine sur cinq ans. Au fil des années, le Canada est devenu le grand retardataire en ce qui concerne la protection de nos aires marines. Nous nous attendons à ce que ces fonds nous aident à créer un réseau d’aires marines protégées pour atteindre l'objectif de protéger 10% de nos océans d'ici 2020.  

Restauration

Nous célébrons les investissements dans les milieux humides et les autres écosystèmes dégradés. Malgré l’absence de détails, c’est un investissement essentiel.

Mais il ne faut pas oublier que la restauration est beaucoup plus dispendieuse que de conserver la nature alors qu’elle est encore intacte. La protection de notre nature sauvage a besoin de plus d’attention que ce qui est contenu dans ce plan. La SNAP croit à la protection d’au moins la moitié de nos terres et nos eaux à long terme – si nous voulons avoir une nature qui continue à nous offrir de l’air propre, de l’eau pure, de la nourriture et une grande biodiversité pour nous et les générations à venir.

Rapprochement

Rapprocher les gens de la nature est un élément important  à notre propre survie. Comprendre jusqu’à quel point tout ce qui vit sur notre planète est interrelié nous aidera à créer une culture de conservation à l’avenir. Des modèles pour minimiser la déficience d’expériences en nature nous aideront à s'assurer que la jeunesse urbaine apprécie ce que nous avons.

Mais le « rapprochement » des aires protégées entre elles est aussi important. Des endroits protégés isolés les uns des autres, sans planification pour les espèces qui y transitent, ne répondent pas à la connectivité qui assure le maintien de la biodiversité à long-terme.

 

Dans son ensemble, il y a beaucoup de potentiel dans cette annonce. Mais il y a des lacunes importantes pour assurer un plan de conservation qui accomplira son objectif et qui nous mènera à atteindre notre obligation internationale de 2020. Les parcs doivent figurer dans ce plan. Il faut offrir au monde entier le cadeau de notre nature préservée par l’achat de terres privées ET par la protection de nos terres publiques. Concernant la restauration, n’oublions pas l’importance écologique et économique d’en faire plus pour éviter le besoin de restaurer. Et assurons-nous de faire le rapprochement entre la nature et les humains, mais aussi le «rapprochement» des aires protégées entre elles.


Réception à la Colline du Parlement pour le lancement de la publication de notre rapport Océans


Le 2 juin dernier, la SNAP et le Caucus international pour la conservation ont tenu une réception à la Colline du Parlement pour le lancement de la Semaine des océans et la publication de notre rapport Océans : D'un océan à l'autre - Tracer un chemin pour le Canada vers son objectif de 2020.

Les invités ont profité de ce moment pour discuter, déguster des produits de la mer issus de la pêche durable fournis par The Whalesbone, et poser avec notre nouvelle mascotte baleine ! Nous avons aussi entendu Sabine Jessen, directrice nationale du Programme Océans, la députée Joyce Murray, présidente du Caucus international pour la conservation, et Danielle Monosson, première secrétaire de la section économique de l'ambassade des Etats-Unis. Un baleinement bon moment !

Our Whale Mascot, Éric Hébert-Daly (National Executive Director, CPAWS), Sabine Jessen (National Director, Oceans Program), Joyce Murray (Chair, International Conservation Caucus),Geoff Regan (MP, Halifax West), Ellen Adelberg (Director of Communications, CPAWS), Danielle Monosson (First Secretary, Economic Section, US Embassy), Lawrence MacAulay (MP, Cardigan), Fin Donnelly (MP, New Westminster-Coquitlan), Oliver Kent (President, CPAWS), Robert Chisholm (MP, Dartmouth-Cole Harbour),Murray Rankin (MP, Victoria), Alexandre Boulerice (MP, Rosemont-La Petite-Patrie), Megan leslie (MP, Halifax), Garry Breitkreuz (MP, Yorkton-Melville and Chair, Outdoor Caucus), Jean Crowder (MP, Naniamo-Cowichan), John McKay (MP, Scarborough-Guildwood), Jill Sturdy (National Conservation Coordinator, CPAWS), Senator Terry Mercer


Voici le MEC Défi Horizons Sauvages 2014!

  • Date de publication: 06 03 2014 |
  • par Éric Hébert-Daly |
  • Cet article est classifié sous: defihorizonssauvages |
  • Lire la suite

Nous lançons aujourd’hui le Défi Horizons sauvages MEC 2014, avec quelques nouveautés que j’espère vous apprécierez.
Les bonnes choses arrivent toujours par 3, n’est-ce pas? Alors jetez un coup d’œil sur ces 3 nouveautés qui vont cette année amener le défi vers une étape supérieure.
 

1- Qui se ressemblent s’assemblent!
Cette année, le Défi Horizons sauvages vous invite encore à « composer votre propre aventure »pour supporter la mission de conservation de la SNAP. Autre option que vous pourrez bientôt retrouver dans 9 magasins MEC partout au Canada : vous inscrire à la journée organisée « Défi Horizons sauvages ». Ce sera un beau moyen de sortir et de rencontrer d’autres personnes partageant le goût pour la nature tout en s’amusant.

 

2  Qui n’aime pas recevoir des félicitations?
Cette année, serez-vous l’une de nos super-vedettes collecteurs de fonds? Nous l’espérons, parce que non seulement vous allez aider à protéger la nature, mais vous le ferez aussi avec élégance grâce à MEC. Cette année, lorsque vous atteindrez votre objectif de collecte de fonds, vous serez récompensés avec de très beaux cadeaux MEC (link to the rewards page), à commencer par cette superbe chemise aux couleurs de l’édition 2014 du Défi!

 

3  Avez-vous fait quelque chose à vos cheveux?
Car ça vous va très bien! Cette année le Défi Horizons sauvageschange lui aussi de style, grâce à l’équipe créative de chez MEC qui l’a rendu élégant et branché.Seul évènementde collecte de fonds de la sorte au Canada,se déroulant en extérieurau plan national, le Défi horizons sauvagesest vraiment unique.  Nous ressentions la nécessité de refléter ce particularisme, c’est désormais chose faite ! Adeptes de la mode, c’est correct maintenantvous pouvez nous regarder sans rougir!

Bref, plein de nouvelles choses passionnantes cette année, mais le cœur du projet reste le même. Il s’agit de sortir de chez soi et de rester en contact avec la nature, de collecter des fonds pour protéger les espaces sauvages que nous aimons explorer, et surtout... de s’amuser!

Je vous invite dès aujourd’hui à vous enregistrer au nouveau et exaltant Défi Horizons sauvages!

www.defihorizonssauvages.org


Allons prendre l’air! Histoires inspirantes

  • Date de publication: 05 13 2014 |
  • par Ellen Adelberg |
  • Cet article est classifié sous: toute-nature |
  • Lire la suite

Le numéro printemps/été 2014 du Toute Nature de la SNAP vient de sortir ! Il sera bientôt dans votre boîte aux lettres. Sous le thème « Allons prendre l’air », il comportedes reportages et de magnifiques photos sur« Une immersion dans la nature sauvage du Nord de l'Ontario» par le gagnant du Défi Horizons sauvages 2013 Frank de Jong, finaliste du prix Défi épique. À retrouver aussi dans cette édition, un article de Jessie Corey relatant l’initiative menée à la Vallée de la Rouge à Toronto afin de contrer le « trouble de déficit de nature » chez les jeunes.

Découvrez ces histoires et bien d’autres nouvelles de la communauté SNAP et des activités menées au sein de chacune de nos sections au Canada, en téléchargeant  la version en ligne du Toute Nature. Vous pouvez aussi faire un donde 20 $ ou plus aujourd'hui, afin de recevoir directement chez vous l'édition d'automne de notre magazine semestriel.

Nous espérons que vous apprécierez ce numéro que nous avons eu plaisir à concevoir!


Collaborons en vue d’un Canada étroitement lié à la nature

  • Date de publication: 04 11 2014 |
  • par Elyse Curley |
  • Cet article est classifié sous: Parcs, SNAP |
  • Lire la suite

« Personne ne protégera ce qui ne l’intéresse pas. Et personne ne se souciera de ce qu’il n’a jamais expérimenté.» David Attenborough

La plupart d’entre nous qui s’intéressent à l’environnement le font parce que nous avons un lien avec la nature. Si ce lien remonte à l’enfance ou à plus tard dans la vie, nous pouvons probablement nous remémorer une expérience ou un lieu qui nous a fait nous sentir vivants, sereins ou qui nous a déconcertés. Pour moi, cela signifie avoir passé mes étés à pagayer, à nager et à observer les étoiles dans le parc provincial de Killarney en Ontario. Ce fut à cet endroit, que j’ai réalisé, encore enfant, que j’étais un petit élément qui appartenait à quelque chose de beaucoup plus vaste.

À la SNAP, nous avons longuement fait l’éloge des bienfaits que les parcs du Canada procurent aux Canadiens, comme assurer la santé de nos écosystèmes et promouvoir la croissance économique. Cependant, les parcs jouent aussi un rôle très important dans la vie des Canadiens qui passe souvent inaperçu.

Dans un Canada incroyablement urbanisé, où personne n’est familiarisé avec la nature, les parcs assurent quelque chose de simple mais d’efficace : des espaces réservés au public pour rester en contact avec la nature. De plus en plus de Canadiens déménagent vers les centres urbains, nous avons la  deuxième plus grande population immigrante du monde, et nous passons environ 90 % de notre temps à l’intérieur(le plus souvent devant toute sorte d’écrans). Pour notre santé spirituelle, mentale et physique, nous avons désespérément besoin de lieux naturels réservés et d’opportunités pour être en contact avec ces lieux.

C’est pourquoi la SNAP est heureuse de voir le récent rapport « Connecter les Canadiens à la nature » publié par les parcs à travers le pays en partenariat avec le Conseil Canadien des Parcs. Les ministres responsables des parcs fédéraux, provinciaux et territoriaux se sont réunis pour souligner l’importance de rapprocher les Canadiens de leurs parcs, mais surtout leur engagement à assurer que cela se fasse à partir d’un leadership collaboratif.

C’est incroyablement prometteur de voir ce genre de mouvement naitre partout au pays. Entre la publication de ce rapport et une variété de programmes au Canada qui relient les gens à la nature, le mouvement s’accélère. Nous sommes impatients de voir davantage de monde à travers le pays se rapprocher de la nature par l’intermédiaire des parcs et autres espaces sauvages. Les bénéfices sont inépuisables et ils vont conduire sur le chemin, espérons-le, de la naissance d’autres défenseurs passionnés d’environnement.


Page 1 of 4  1 2 3 >  Last ›