La SNAP salue le lancement de la plus vaste consultation publique sur l’avenir des parcs nationaux

  • Date de publication: 01 11 2017 |
  • Cet article est classifié sous: Parcs

La SNAP salue le lancement de la plus vaste consultation publique sur l’avenir des parcs nationaux du Canada

Ottawa, 9 janvier 2017 – La SNAP accueille favorablement le lancement de la plus vaste consultation publique jamais entreprise à l’échelle du pays sur l’avenir de nos parcs nationaux et de nos aires marines nationales de conservation. Dans le cadre de la consultation qui se déroulera du 9 au 27 janvier, les Canadiens et Canadiennes pourront soumettre directement à la ministre Catherine McKenna leurs commentaires et recommandations relatifs à la façon dont Parcs Canada s’acquitte de son mandat. Ce faisant, le public canadien aidera à façonner l’avenir de nos parcs nationaux, de nos aires marines nationales de conservation et d’autres sites gérés par Parcs Canada.

Conformément à la Loi sur l’Agence Parcs Canada, la ministre de l’Environnement et du Changement climatique doit organiser tous les deux ans une table ronde afin de permettre aux Canadiens intéressés de formuler des commentaires et des recommandations sur la façon dont Parcs Canada s’acquitte de son mandat. Cette année, la ministre offre à toute la population canadienne la possibilité de participer à ce processus.

« Nous sommes enthousiasmés par cette initiative, qui permettra à l’ensemble du public canadien de transmettre leurs points de vue directement à la ministre quant au modèle de gestion de nos parcs nationaux et de l’encourager à veiller à ce qu’ils demeurent bien protégés à l’avenir », se réjouit Éric Hébert-Daly, directeur général de la SNAP. « Notre organisation demandera incessamment à la ministre de prendre des mesures pour que Parcs Canada recentre ses efforts afin de placer la conservation de la nature au cœur de ses priorités. J’invite d’ailleurs toute la population canadienne à faire campagne avec nous! », ajoute-t-il.

En juillet dernier, la SNAP a publié un rapport faisant état d’un changement d’orientation troublant dans la façon dont Parcs Canada gère nos parcs nationaux, en ce sens que l’agence s’éloigne de son mandat de conservation de la nature pour faire davantage de place aux projets commerciaux, touristiques et d’aménagement d’infrastructures. Le rapport met en lumière également d’autres enjeux particulièrement problématiques, notamment les compressions budgétaires importantes qui ont mis à mal les capacités en matière de conservation de Parcs Canada, les changements apportés aux objectifs des programmes et un recul considérable des consultations publiques. Cette tendance est contraire au mandat de Parcs Canada prévu par la loi, à savoir de gérer nos parcs nationaux en accordant une priorité absolue à la conservation et au rétablissement de la santé des écosystèmes.

« Nous avons la responsabilité de léguer ce patrimoine naturel intact pour les générations futures de Canadiens. Si Parcs Canada ne change pas d’orientation, cet héritage naturel sera en danger », avertit Éric Hébert-Daly.

Le gouvernement fédéral s’est engagé à limiter le développement dans les parcs nationaux, à réinvestir dans la gestion des parcs basée sur la science et à rétablir l’ouverture et la transparence dans le processus décisionnel. Il s’est également engagé à élargir notre réseau de parcs nationaux et d’autres aires protégées.

« Nous avons observé quelques premiers signaux encourageants, comme la décision d’arrêter le projet de la statue Mère-Canada, au cap Breton, et le lancement de ces consultations publiques. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire pour que le gouvernement puisse mettre en œuvre ses engagements afin de protéger les espèces et les écosystèmes des parcs et d’élargir le réseau des parcs et d’aires marines de conservation », fait remarquer Éric Hébert-Daly.

« À l’heure actuelle, près de la moitié des écosystèmes des parcs se trouvent dans une situation précaire. Qui plus est, la montée en flèche des taux de fréquentation et l’intensification des projets d’infrastructure exacerbent les pressions sur la faune des parcs. Dans un tel contexte, nous exhortons le gouvernement fédéral à veiller à ce que Parcs Canada cesse ses efforts incessants axés sur la promotion du tourisme et les projets de développement et se concentre à nouveau sur son mandat lié à la conservation. Il est également essentiel que le gouvernement fournisse les ressources nécessaires à Parcs Canada afin de pallier les compressions budgétaires de 30 % qui depuis 2012 ont jugulé les ressources que l’agence consacrait à la science et à la conservation », explique Éric Hébert-Daly.

Les sondages d’opinion indiquent systématiquement que les Canadiens continuent à considérer les parcs nationaux comme l’un des quatre principaux symboles de l’identité canadienne, conjointement avec la Charte des droits et libertés, le système des soins de santé et le drapeau national. En outre, la faune et la nature intacte sont les aspects que les Canadiens prisent le plus dans nos parcs nationaux.

Nous invitons toutes les personnes qui souhaitent apporter leur contribution à la table ronde dans le cadre des consultations publiques à consulter le site web de la SNAP à www.snapcanada.org pour obtenir de plus amples renseignements et pour soumettre leurs commentaires à l’intention de la ministre.

-30-

Pour toute demande d’entrevue, veuillez communiquer avec Karen Turner à kturner@cpaws.org