Cinq ans à se positionner sur la protection du caribou forestier

  • Date de publication: 10 05 2017 |
  • Cet article est classifié sous: forets

Cinq ans à se positionner sur la protection du caribou forestier ! Plus que jamais, le temps est venu de passer en mode solution

Ottawa – La Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) exhorte les gouvernements à l’échelle du pays à agir sans tarder pour protéger l’habitat du caribou forestier de manière à enrayer le déclin continu de cette espèce emblématique.

Cinq ans se sont écoulés depuis que le gouvernement fédéral a publié son Programme de rétablissement du caribou forestier, une espèce menacée au Canada. Pour marquer l’occasion, la SNAP dénonce l’inaction généralisée des gouvernements dans le domaine de la protection du caribou et lance un appel afin que des actions concrètes soient posées.

« L’habitat du caribou doit être protégé, mais pas uniquement sur papier ou via des engagements qui ne se concrétisent jamais, explique Kecia Kerr, Ph. D., directrice générale de la SNAP Alberta Nord. En 2016, le gouvernement de l’Alberta a fait la promesse de protéger l’habitat du caribou - promesse que nous avons accueillie favorablement. Mais ces promesses ne sont pas livrées, et le déclin des populations du caribou se poursuit. Nous espérons que le gouvernement actuel se démarquera des gouvernements passés en contribuant réellement au rétablissement du caribou ».

Plusieurs provinces se sont engagées à protéger l’habitat du caribou. Pourtant, les activités industrielles se poursuivent pratiquement sans restriction dans la forêt boréale canadienne, ce qui a pour effet de dégrader et de détruire l’habitat dont le caribou a besoin pour survivre.

Le programme de rétablissement fédéral s’appuie sur de nombreuses études scientifiques révisées par des pairs, lesquelles documentent clairement le besoin de préserver de vastes zones non perturbées de l’habitat du caribou. Ces études ont été menées par 18 éminents chercheurs de l’Amérique du Nord dont le domaine d’expertise est le caribou. Elles ont été compilées par le gouvernement fédéral en 2008 et en 2011. C’est pourquoi, en 2012, le gouvernement fédéral a mis en place un programme de rétablissement qui établit à 65% le pourcentage minimal d’habitat intact dans chacune des aires de répartition du caribou – une proportion qui, selon les données, assurerait aux populations 60 % de possibilité d’autosuffisance (survie à l’état sauvage à long terme). Toutefois, depuis la publication du plan, peu de mesures ont été prises sur le terrain pour protéger l’habitat essentiel de l’espèce.

Les gouvernements provinciaux et territoriaux doivent prendre des mesures immédiates pour protéger des habitats essentiels en œuvrant de concert avec les peuples autochtones, et ce, tout en ayant leur consentement libre, préalable et éclairé. « Le caribou forestier connaît de graves difficultés, et les choses ne vont pas en s’améliorant. Les Canadiens supportent massivement la protection du caribou et plusieurs dizaines de milliers de personnes ont demandé aux gouvernements d’agir en ce sens. Dans les zones où le taux de perturbation de l’habitat du caribou dépasse les 35 %, les gouvernements devraient cesser immédiatement toute activité susceptible de perturber l’habitat jusqu'à ce que les mesures de protection soient mises en place », fait valoir Florence Daviet, directrice du Programme national des forêts à la SNAP.

Les solutions existent. Partout au Canada, la SNAP a travaillé avec les compagnies forestières, les peuples autochtones et les gouvernements à élaborer des plans de protection du caribou qui permettent de compléter les exigences légales en la matière. Plusieurs de ces plans sont mis en œuvre à l’heure actuelle.

« La SNAP Québec a travaillé dans le sens de la collaboration, fait valoir Alain Branchaud, directeur général de la SNAP Québec. Dans le cadre de la certification du Forest Stewardship Council® (FSC®), nous avons travaillé avec Tembec, le gouvernement du Québec et Pikogan (Première Nation Abitibiwinni) à élaborer un plan pour le caribou forestier sur un territoire de 675 000 hectares dans la région forestière située au nord de La Sarre, en Abitibi-Témiscamingue. » Le plan d’aménagement de l’habitat du caribou forestier aidera à la conservation du caribou grâce à une stratégie qui vise à préserver un habitat propice pour cette espèce menacée, tout en maintenant un niveau d’opérations forestières adéquat et en limitant les impacts sur les objectifs d'approvisionnement de l'industrie forestière.  

La SNAP rappelle également au gouvernement fédéral qu’il a d’autres responsabilités à s’acquitter. « Il est impératif que la ministre de l’environnement et du changement climatique commence à publier les rapports réguliers prévus à l’article 63 de la Loi sur les espèces en péril, rapports qui doivent faire état des parties de l’habitat essentiel du caribou qui ne sont pas encore protégées ainsi que des mesures envisagées pour en assurer la protection », signale Florence Daviet.

-30-

Pour les demandes d’entrevues, veuillez communiquer avec :

Charlène Daubenfeld
Responsable des communications, SNAP Québec
cdaubenfeld@snapqc.org 
514-278-7627 #221
514-378-3880